Le poète Lenous Suprice obtient un article de presse dans l’hebdomadaire « Le Progrès de Villeray » (10 mai 2011)

Le poète Lenous Suprice obtient un article de presse dans l’hebdomadaire « Le Progrès de Villeray » (10 mai 2011). Enseignant en éducation des adultes en alphabétisation dans Parc-Extension (à la CSDM), Lenous Suprice écrit de la poésie comme d’autres jouent au ping-pong. Un loisir sans prétention qui lui permet de « passer la vie en agréable compagnie ». Il lancera son dernier recueil Lettres à mes ombres, le 14 mai à Écart carré D’Arts, situé dans Montréal-Nord.

Par Anne-Laure Favereaux : Grand rêveur depuis l’enfance, l’auteur utilise la poésie pour véhiculer ses pensées « à sa manière ». Pour M. Lenous, la poésie est synonyme de liberté, « plus grande dans la poésie que dans un roman ».

Ce qui l’inspire : « les choses de la vie, les gens, le temps, la température, tout ce qui bouge, ce qui m’enchante. La vie m’enchante, comprendre ce qu’il y a de bien, de beau, parfois de désagréable. On est amené à composer avec ça », sourit l’Haïtien d’origine.

Une imagination fertile

Son dernier recueil semble adressé à ses amours. Pourtant, il assure ne pas s’adresser à une personne réelle, de chair et de sang, mais s’amuse à créer un personnage. Un exercice auquel il s’était prêté dans la rédaction d’un recueil intitulé « Fictive Andalouse en ma mémoire. » Alors qu’il n’a jamais mis les pieds en Andalousie et ne connait aucune Andalouse, son imagination l’a poussé à créer « une Andalouse fictive à sa manière. » « Je me prends pour Dieu », lance-t-il en boutade.

Une lettre à la mer

Toujours muni de son petit calepin, il écrit « quand ça vient », dans l’autobus, chez lui ou ailleurs, comme il lancerait une bouteille à la mer. Pour M. Suprice, la poésie est un jeu, mais « c’est sérieux aussi. »

Écrire, oui, mais pour qui? « Pour ceux qui seraient mis sur mon chemin, par hasard. Je ne prétends pas être en face de la feuille blanche avec un message à passer, mais dans toute communication, il y a un message », dit-il.

Chose certaine, pour ce résident de Montréal-Nord, la poésie prend une place importante. « Si je n’avais pas ce loisir-là, il y aurait un assez grand vide » conclut-il.

Il est possible de se procurer le recueil Lettres à mes ombres, via dedicaces.biz.

 Téléchargez l’article de presse en cliquant ici >>>>>

Publicités

À propos de Guy Boulianne

Guy Boulianne, auteur et éditeur. Ce dernier a réalisé une Quête personnelle, historique, généalogique et symbolique. Il en dévoilera prochainement la teneur dans la rédaction d'ouvrages à paraître.

Publié le 10 mai 2011, dans Presse. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :