Certaines libertés ont aussi disparu le 11 Septembre 2001

Le Monde : Souvenez-vous. Il fut un temps où aucun militaire ne patrouillait, Famas en bandoulière, sur le parvis de Notre-Dame de Paris, un temps où vos e-mails avaient peu de risques d’être interceptés, où votre mine déconfite sur le trajet du bureau n’était pas immortalisée chaque jour par des dizaines de caméras, une époque révolue où embarquer un flacon de shampoing à bord d’un avion était encore un geste anodin… C’était avant le 11 Septembre 2001. Ce jour-là, lorsque les tours jumelles du World Trade Center tombent en poussière, la puissance symbolique des Etats-Unis est ébranlée, ainsi qu’une certaine idée de la liberté. Un mois plus tard, le Patriot Act est signé par George W. Bush. Au nom de la sécurité, quelques unes des libertés fondamentales si chères aux Américains sont sacrifiées.

Au « pays de la liberté », une brèche vient de s’ouvrir. La plupart des Etats de la planète vont s’y engouffrer. En 2002, l’Union européenne emboîte le pas à l’administration Bush et produit une Décision cadre, qui incite les États membres à rapprocher leurs législations et établit des règles pour lutter contre la menace terroriste. La France, « initiée » aux attentats dès les années 80, s’était déjà engagée sur cette voie en adoptant une première loi antiterroriste en 1986. L’ère qui vient de s’ouvrir avec le 11-Septembre va accélérer cette dynamique, généralisant les mesures d’exception qui transformeront le paysage urbain et le code pénal.

« La guerre contre le terrorisme est une guerre à durée indéterminée contre un ennemi inconnu. Elle a permi d’introduire des lois d’exception dans le droit commun avec l’assentiment de la population, souligne Dan van Raemdonck, vice-président de la FIDH. On a banalisé la notion de contrôle. Les gens ont fini par accepter d’être tracés, contrôlés, sous prétexte qu’ils n’ont rien à cacher. On est entré dans l’ère du soupçon ».

Sur Le Monde : Petit tour d’horizon, non exhaustif, de quelques mesures « temporaires » qui ont durablement transformé votre quotidien >>>>

Publicités

À propos de Guy Boulianne

Guy Boulianne, auteur et éditeur. Ce dernier a réalisé une quête personnelle, historique, généalogique et symbolique. Il en dévoilera prochainement la teneur dans la rédaction d'ouvrages à paraître.

Publié le 10 septembre 2011, dans Ed. Dédicaces, Vidéos. Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Oui, nous perdons notre liberté presque chaque jour un peu plus! le 11 septembre fut un élément accélérateur. La violence sous toute ces formes grandi, souvent au nom de leur foi!!! ou de leur parents exploité en France.
    Cette liberté qui nous est si chère, on en accepte l’amputation, au nom de la sécurité. Seulement, cet état de fait, créer ce sentiment de rejet de ce mouvement religieux. Lui même en rajoute une couche, en priant dans la rue, interdisant accès dans les magasins, aux voitures, pire ,’entrée à leur domicile. Il se démarque en s’habillant comme dans leur pays d’origine, sans compter le fait, que certains d’entre eux, expose à leur fenêtre, leur drapeau national!
    La population vivant dans ces conditions, quelle soit parisienne, banlieusarde, ou provinciale ressent de la colère, pour certains la haine, la peur. Il n’y a plus de discernement!
    Les moyens drastiques sont acceptés à contre coeur, pour être raisonnable. Mais, pour combien de temps? Quand la soupape de la colère contenue va -t-elle sauter? Sous quelle forme?

    J'aime

  2. Trop de bruit pour rien? Je crains que oui. Je serai presque tenté de dire que tout ceci, avec la mise à mort de milliers d’innocents à partir de cet évènement dramatique, n’avait pour seul but que de pousser les citoyens de ce monde à accepter le contrôle, fouilles et vérifications intempestives et à tout moment, bafouant le respect de la vie privée des individus. Sans un tel coup, l’idée de fouilles, traçages ou suivis systématiques n’auraient même pas pu être évoquée.

    Mais avec le choc émotionnel suscité et orchestré en amont, l’entretien de la peur qui va avec (un adversaire inconnu dans une guerre sans limite), même le plus rebelle a fini par s’amadouer et se laisser tripoter, se laisser repertorier, ficher et se voir suivre à la trace sur tous ses mouvements, actions et intentions. Il faut d’ores et déjà s’interroger sur le mobile d’un tel coup, non d’état mais visiblement planétaire. Qui peut être derrière tout ceci et pourquoi? Avez-vous pu avoir la riposte de ceux qu’on accusé de terroristes?

    Nous avons été habitués à nous contenter d’un seul don de cloche, jamais n’avons-nous l’occasion d’écouter l’accusé, quoiqu’ayant ses mains pleines de sang et le couteau sur lui. Ne serait-il pas simplement d’un coup monté qu’on nous flanque au visage par des média agissant de façon partiale? Sachons nous débarrasser de notre émotivité primaire souvent exploitée à dessein, manipulée aussi.

    AUDI ALTERAM PARTEM. Un bouc émissaire est vite trouvé; des preuves, vite façonnées. Mais la vérité est souvent ailleurs… Il nous suffit d’un peu d’impartialité, de la sagacité et de l’audace pour sentir le coup fourré.
    A ce propos; après la diffusion en boucle de l’exécution de Saddam Hussein, pourquoi de suite et sans aucune image à l’appui, avoir fait finir le plus gros terroriste du monde dans la mer? Etrange, n’est-ce pas? A chacun de voir, mais je dis que ces stratégies minent nos vies, notre liberté d’êtres souverains ici sur cette planète où l’on tient à nous suivre et nous gérer comme des lapins dans une cage, des poissons rouges dans un aquarium, des poulets dans un enclos. Y en a marre !!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :