Le nouvel Economiste : Eteins ton livre, il est tard

Le nouvel Economiste : Eteins ton livre, il est tard ! Bientôt cette injonction entrera dans le dictionnaire de la vie quotidienne des parents. Le livre va-t-il mourir ? Les librairies vont-elles disparaître ? Les larmes d’éléphant versées sur ces cadavres annoncés sont définitivement suspectes. Ne craignez rien, nous mourrons avant et les pleureuses aussi. Ces questions ne se posent pas en ces termes mais elles sont assez spectaculaires pour qu’elles circulent ainsi. Les librairies, moins on les fréquente plus on s’inquiète pour leur santé. Les livres, moins on en lit, plus on en parle avec inquiétude.

Non, le livre ne mourra pas, tant qu’il y aura encore, sur terre, une frange de population attirée par cet objet incongru : un texte long. Je dis un texte long, pas un texte intéressant, car si un paramètre reste immuable, c’est celui de la segmentation du marché en trois parts parfaitement inégales où le quanti couche souvent avec le quali. Les gros lecteurs (ils fondent), les non-lecteurs (ils grossissent) et les moyens lecteurs (ils stagnent).

(…..)

Lire l’article intégral sur Le nouvel Economiste >>>>

Publicités

À propos de Guy Boulianne

Guy Boulianne, auteur et éditeur. Ce dernier a réalisé une quête personnelle, historique, généalogique et symbolique. Il en dévoilera prochainement la teneur dans la rédaction d'ouvrages à paraître.

Publié le 1 juin 2012, dans - eBooks, Édition. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :