Un éditeur invente le livre qui disparait au bout de deux mois

Voici une bien étrange invention qui est signalée par le blog Aldus, consacré aux livres et en particulier aux livres numériques. Un éditeur a développé une encre qui disparait au bout de deux mois une fois que le livre a été ouvert. L’intérêt ? Dans cette vidéo de présentation, l’éditeur argentin met l’accent sur le fait qu’un premier livre d’un nouvel auteur « ne peut attendre », autrement « il n’y en aura jamais de deuxième ». Pour vous pousser à le lire vite, il y a donc une date limite au-delà de laquelle, comme dans « Mission impossible », le livre s’autodétruira…

Ce procédé laisse tout de même perplexe. En effet, qu’adviendra-t-il pour ceux et celles qui souhaitent conserver le livre dans leur bibliothèque ? Que feront-ils alors d’un livre dont les pages sont blanches ? Pire, qu’adviendra-t-il si les clients des librairies ouvrent ce genre de livres pour les feuilleter ? C’est dire qu’ils se détruiront d’eux-mêmes avant même qu’ils ne soient achetés et lus ! Bizarre…

Source: Rue89

Publicités

À propos de Guy Boulianne

Guy Boulianne, auteur et éditeur. Ce dernier a réalisé une Quête personnelle, historique, généalogique et symbolique. Il en dévoilera prochainement la teneur dans la rédaction d'ouvrages à paraître.

Publié le 1 juillet 2012, dans Édition, Vidéos. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :