Fallait-il tuer Socrate ou l’assassinat collectif de la vertu : Conserver sa vérité pour soi et vivre dans l’hypocrisie collective ?

Décidément, le chroniqueur Jérémie Lorrain a écrit une troisième et excellente critique au sujet du livre du psychanalyste Français Georges Botet Pradeilles. Cette critique, qui porte le titre de : « Fallait-il tuer Socrate ou l’assassinat collectif de la vertu : Conserver sa vérité pour soi et vivre dans l’hypocrisie collective ? », vient tout juste d’être publiée sur le blogue roumain à très grande visibilité À propos de tout et de rien. En voici un extrait :

« Fallait-il tuer Socrate ou l’assassinat collectif de la vertu » s’intéresse à l’époque du philosophe et de cette notion à l’intersection entre religion, philosophie et politique. L’auteur et psychanalyste Georges Botet Pradeilles aborde avec humour et simplicité l’habilité d’un homme comme Socrate à agir bien. Cette vertu n’est-elle pas qu’un simple élément du passé pour l’humain moderne ?

La vertu s’acquiert. Socrate, mais aussi Platon ou Aristote, grands philo- sophes de la Grèce Antique, avaient pour habitude de proclamer la vertu. Mais qu’en est-elle aujourd’hui ?

Ce qui m’anime dans les œuvres de Georges Botet Pradeilles, c’est cette neutralité et cette facilité à nous plonger dans son récit et nous faire ressortir plus mature. On retrouve souvent ces notions de bonheur et de philosophie qui rythment nos sociétés actuelles. On retombe aussi sur ces personnes matérialistes, hypocrites et faîtes prisonnières par le marketing à tous les niveaux de la société. Face à notre manque de repères et de choix, nous nous accrochons finalement à l’attente de la chance.

Ici, l’auteur nous plonge dans le passé de l’Athènes d’antan. Un temps où les adolescents étaient rapidement habitués à côtoyer le travail des adultes, évitant leur regroupement puéril et une période immature. Se pose alors la question de savoir si notre enfance insouciante n’est pas au final vouée à la perte de vertu par l’adulte influent. Qui pourrait aujourd’hui proclamer le juste en parcourant les différents lieux de la ville ? C’est bien là ce que souligne l’auteur dans la disparition d’êtres savants tels Socrate. Faut-il alors conserver sa vérité pour soi et vivre dans l’hypocrisie collective ? À nouveau, la réflexion se fait judicieusement à travers la pensée de l’auteur et du lecteur.

Autre thème très intéressant de l’ouvrage : le pouvoir ne s’approprie-t-il pas la vérité ? Hélas beaucoup de situations semblables font de l’ombre aux à certains esprits, souvent détenteurs d’une vérité. La relation entre les disparités et le manque de liberté d’expression de certains de nos sociétés est ici mis en avant avec brio.

(…..)

Lire la suite sur le blogue de Soglos >>>>

« Fallait-il tuer Socrate ou l’assassinat collectif de la vertu ».
En vente chez eBay : www.ebay.ca

Publicités

À propos de Guy Boulianne

Guy Boulianne, auteur et éditeur. Ce dernier a réalisé une Quête personnelle, historique, généalogique et symbolique. Il en dévoilera prochainement la teneur dans la rédaction d'ouvrages à paraître.

Publié le 6 février 2014, dans - Critique littéraire, et tagué , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :