L’écrivain Hilaire Mbakop a obtenu une critique de son recueil de poèmes dans les journaux en ligne Camer.be et Africa Presse

L’écrivain camerounais Hilaire Mbakop a obtenu une critique de son recueil de poèmes « Les faces de la vie« , publié aux Éditions Dédicaces, dans les journaux en ligne Camer.be, CameroonVoice (un organe de la diaspora camerounaise au Canada) et Africa Presse.

Africa Presse est un site web de débats sur l’actualité au Cameroun et en Afrique. Quotidien camerounais de référence depuis 06 mars 2007, il reste toujours le media en ligne le plus lu par la diaspora camerounaise. Habitué à recouper ses informations, il respecte strictement le principe légal de protection des sources d’information des journalistes.

Critique de livre :

L’écrivain camerounais Hilaire Mbakop a sorti récemment sa première œuvre en vers. Elle est intitulée « Les faces de la vie » et compte quarante-neuf poèmes qui ont tous des mots qui riment. Le poème le plus long c’est « L’homme et les maisons ». Il se compose de huit quatrains. Avec ses quatre vers, « L’ouragan » est le poème le plus court. En outre, il y a dans le recueil des poèmes de vingt-quatre, vingt et un, vingt, dix-huit, seize, quatorze, douze, dix, huit et six vers.

faces-vie_FrontLe dictionnaire que nous avons à portée de main définit le sonnet comme une « pièce de poésie de quatorze vers composée de deux quatrains et de deux tercets ». Des sept sonnets de l’ouvrage de Mbakop, quatre suivent cette règle, à savoir « Regards », « Le jour du mariage », « Victime de la tempête » et « Le palmier à huile ». En revanche, « Oraison funèbre », « La savane » et « Le dernier poussin » présentent la structure suivante : trois quatrains et un distique. Cette variété s’applique également aux poèmes de huit, dix, douze et vingt-quatre vers.

Toutefois, la composition des poèmes beaux et instructifs comme ceux contenus dans « Les faces de la vie » n’est pas évidente. Dans « Le créateur », nous apprenons que le poète doit s’envoler plusieurs fois dans « Le domaine où les choses sont emmêlées » pour chercher les mots dont il a besoin. C’est incertain et risqué, car le poète peut redescendre les mains vides, tomber de haut ou être neutralisé par les forces du labyrinthe.

La diversité de l’œuvre ne s’exprime pas seulement au niveau de la forme, mais aussi à celui du fond. Elle développe les thèmes tels que l’amour, la nature, la destinée, le rêve, la musique, l’analphabétisme, le travail manuel, la créativité, le train-train, la pollution sonore, le temps, la déception, le danger, le ciel, etc. Les poèmes ne sont pas rangés par catégories, certes, mais la table des matières qu’on trouve aux pages 57 et 58 aide le lecteur à s’orienter. Comme le titre de l’ouvrage l’indique, la vie a plusieurs faces. Il s’agit pour l’auteur de la présenter dans toute sa diversité. Les humains sont tantôt contents tantôt tristes. D’une part, Dieu est loué pour les belles choses qu’il a créées, d’autre part, il est accusé à cause de son silence face aux maladies inguérissables et aux injustices diverses. La nature peut être enchanteresse, mais aussi dangereuse. Certaines actions de l’Homme sont salutaires, tandis que d’autres apportent le malheur.

Hilaire Mbakop a dédié son premier recueil de poèmes à Kyra Holland dont il dit qu’elle est non seulement la plus belle femme qu’il ait jamais rencontrée, mais aussi la plus intelligente.

La couverture de l’ouvrage est illustrée. On y voit un paysage pittoresque. C’est la prairie. Le temps est magnifique, ce que prouve le ciel azuré. En 4ième de couverture, on voit un homme absorbé dans la contemplation de ce site, les bras écartés. La biographie de l’auteur est accompagnée de sa photo.

Le recueil de poèmes « Les faces de la vie » révèle un grand talent. C’est une œuvre pleine de charme.

  • Correspondance : Jean Bernard Mbah
Publicités

À propos de Guy Boulianne

Guy Boulianne, auteur et éditeur. Ce dernier a réalisé une Quête personnelle, historique, généalogique et symbolique. Il en dévoilera prochainement la teneur dans la rédaction d'ouvrages à paraître.

Publié le 31 janvier 2015, dans - Critique littéraire, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :