Services

Nous offrons une gamme complète d’options pour les auteurs

Vous avez publié un livre aux Éditions Dédicaces et vous souhaitez en faire la promotion afin d’augmenter le plus possible le niveau de vos ventes ? Vous êtes un auteur indépendant et vous souhaitez conserver le contrôle sur l’édition complète de votre ouvrage ? Si oui, nous vous offrons différents services qui vous permettront de publiciser votre oeuvre actuelle, ou bien de concevoir le livre de vos rêves.

Vous êtes un auto-éditeur et vous souhaitez publier votre livre sans passer par l’intermédiaire des Éditions Dédicaces… Aucun problème ! Vous pouvez sélectionner parmi les services professionnels ci-dessous. Ceux-ci vos permettront d’optimiser la qualité de votre publication et de promouvoir celle-ci de façon adéquate.

Faites votre choix parmi ces options :

 


À propos de l’auto-édition

L’auto-édition ou autoédition consiste pour un auteur à prendre lui-même en charge l’édition de ses ouvrages, sans passer par l’intermédiaire d’une maison d’édition. Elle se distingue précisément de l’édition à compte d’éditeur ou à compte d’auteur. Dans le premier cas, en effet, l’éditeur se charge à ses frais de réaliser et diffuser l’ouvrage en rémunérant l’auteur selon les ventes, et dans le second l’éditeur s’en charge aux frais de l’auteur.

L’auto-édition, d’ailleurs souvent confondue avec l’édition à compte d’auteur, a une image souvent négative ou encore véhicule une idée d’amateurisme et de petit budget. Il est évident que cela peut correspondre à une certaine réalité, mais ce choix peut aussi mener à une activité professionnelle à part entière : soit lorsque l’auteur lui-même possède toutes les compétences requises, soit lorsqu’il vient s’adresser (au même titre qu’un éditeur de profession ) à des professionnels pour chaque secteur de son activité.

L’auto-éditeur est un éditeur comme les autres, avec la différence qu’il propose un « catalogue » forcément limité à sa production personnelle, et qu’il doit connaître les spécificités de « son » marché.

Étapes de la publication

L’auto-éditeur se doit donc de connaître toutes les étapes de la publication du livre :

  • la saisie et mise en page : un simple traitement de texte peut suffire. Pour une mise en page avec des illustrations, des logiciels plus élaborés permettent un résultat plus dynamique.
  • les corrections : orthographe, grammaire, style, règles typographiques… Elles peuvent se révéler être des contraintes difficiles à respecter pour l’auto-éditeur. C’est pourquoi le recours à des tiers (comme des professionnels de la correction) est important.
  • l’impression : elle peut être éventuellement réalisée avec une imprimante personnelle pour un petit projet ; la reliure est toutefois un point délicat, car le résultat n’est pas toujours satisfaisant (reliure type spirale). Toutefois, l’impression est le plus souvent confiée à un professionnel. Le recours à un imprimeur est préférable dès que le nombre d’exemplaires devient important. Au niveau technique, pour un tirage en deçà de 500 exemplaires, on préférera la photocopie numérique qui fournit aujourd’hui des résultats de bonne qualité. Au-delà, il devient économiquement intéressant d’utiliser la technologie offset. La reliure proposée par un imprimeur est en général plus satisfaisante.
  • les formalités administratives et juridiques : elles sont très limitées. Le dépôt légal se limite à l’envoi d’exemplaires après avoir rempli un formulaire simple. Faute de dépôt légal, on peut, si on le souhaite, protéger le droit d’auteur par un dépôt en ligne. Il est possible également, sans que cela soit obligatoire, d’obtenir un ISBN qui, lui, est toutefois impératif pour l’obtention du dépôt légal.
  • la publicité : beaucoup de moyens existent, mais l’auto-éditeur, ayant en général peu de moyens à y consacrer, a tout intérêt à cibler très précisément les personnes potentiellement intéressées.
  • la diffusion : c’est la phase sans doute la plus délicate de l’auto-édition. Il existe différents moyens : choix d’un organisme de diffusion (avec les contraintes que cela implique), contacts directs avec des libraires acceptant l’ouvrage, vente directe à la suite de manifestations publiques, site Internet personnel avec vente par correspondance, recours à des sites commerciaux de vente sur Internet…

 

Certains sites internet, communément appelés plateformes d’auto-édition, proposent aux auteurs des services d’Impression à la demande, de mise en vente des livres sur leur boutique en ligne et parfois de services associés pour accompagner l’auteur auto-édité dans la promotion de son livre.

La question de la fixation du prix est délicate pour un auto-éditeur. On peut rappeler, à titre indicatif, qu’en moyenne, dans le milieu classique de l’édition, 55 % du prix d’un livre permet de rémunérer sa diffusion, 20 % l’impression, 18 % l’éditeur, et le reste, aux alentours de 7 %, correspond aux droits d’auteur. L’auto-éditeur, en fonction de ses choix, a des coûts de diffusion et d’édition plus limités, mais par contre des coûts d’impression souvent plus élevés (dus au petit nombre d’exemplaires). Il demeure qu’il peut généralement fixer un prix inférieur aux prix du marché.

L’auto-édition permet de diffuser des textes qui entrent difficilement dans le cadre normal du milieu de l’édition. C’est un moyen adapté à des projets de taille modeste dans des domaines très spécialisés (histoire régionale, domaine technique, etc.) : ainsi, une auto-édition dans le domaine de la littérature générale paraît une véritable gageure. A contrario, certains auteurs ayant réussi dans le domaine de l’édition traditionnelle peuvent choisir de devenir leur propre éditeur, avec les mêmes moyens et méthodes qu’un éditeur traditionnel : on peut citer Marc-Édouard Nabe, devenu la figure de proue de ce nouveau moyen éditorial – qu’il nomme « anti-édition ».

L’auto-édition peut aussi être une option dans le domaine de l’édition théâtrale. En effet, en ce qui concerne le théâtre, l’auteur ne perçoit pas seulement des revenus sur la vente de ses livres, mais aussi et surtout sur les droits de représentation de ses œuvres, collectés par la SACD. Il peut dès lors être plus pertinent pour un dramaturge de proposer ses textes en téléchargement gratuit sur son propre site afin d’en faciliter l’accès et la circulation. En renonçant à percevoir des droits sur la vente de ses textes, un auteur de théâtre peut ainsi espérer générer davantage de présentations de ses pièces et donc percevoir des revenus plus importants sous forme de droits de représentation.

 

Publicités