Archives du blog

Augustin. My Battle of Loigny – L’auteur Jean-Louis Riguet obtient une critique littéraire sur le site Curious History, aux États-Unis

Augustin-Battle-Loigny_ScribdDécidément, les temps sont très favorables pour l’auteur Jean-Louis Riguet. En effet, celui-ci vient tout juste d’obtenir une très belle critique sur le site internet Curious History pour son livre intitulé « Augustin. My Battle of Loigny », traduit du français par Caroline Andreea Zgortea (Editions Dedicaces). Curious History est un site très crédible qui a été mentionné par « Buzz Feed« , « Huffington Post » et d’autres médias en ligne très importants. Le site internet reçoit environ 1000 visiteurs uniques par jour.

Jean-Louis Riguet est né en 1947 dans la Vienne, en France. Il a travaillé pour le notariat pendant 53 ans, et il a fait carrière de la Vienne jusqu’à Orléans, en passant par l’Eure-et-Loir et Paris, avant de se consacrer à l’écriture. Il est l’auteur d’un essai, de trois romans historiques et d’un roman biographique. il est membre de la Société des Gens de Lettres, du Bottin International des Professionnels du Livre, de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature, et du réseau anglophone The International Publishing Network.

curioushistory

Augustin. My Battle of Loigny :

Les zouaves pontificaux à La bataille de Loigny, Charles Castellani (1838-1913), 1879, Musée de l'Armée, Paris - B1870, Loigny la Bataille. La guerre franco-prussienne fait rage. En décembre, Loigny la Bataille est le théâtre d’une bataille meurtrière. Le Château de Villeprévost, réquisitionné par les bavarois, est transformé en hôpital de campagne.

Les Prussiens se sont, côté nord, déployés de La Maladrerie à Lumeau en passant par Fougeu, Beauvilliers, Goury. Côté sud, les Français font front sur Nonneville, Villepion, Villours, Faverolles, Terre Rouge. Au milieu de ces deux lignes : Loigny est prise en étau. La bataille dans Loigny se fait pour une rue, un passage, une impasse, un quartier, une maison, une cave, pour rien. On se bat, c’est tout. Il faut avancer, ne pas reculer, mourir s’il le faut. Cela fait quand même en une seule journée environ 15000 victimes, soit environ 100 par kilomètre carré. … Quand même… une victime par cent mètres carrés !

L’ancien régisseur, Augustin, vit avec les siens au château cet épisode guerrier de l’histoire locale. Sa petite fille adoptive rencontrera-t-elle l’amour ? S’en sortiront-ils ?

Publicités

Sur le blogue « À propos de tout et de rien » : Augustin, ma bataille de Loigny, un roman historique passionnant de Jean-Louis Riguet

Aujourd’hui même, notre auteur Jean-Louis Riguet a obtenu une très belle critique de son livre sur le blogue À propos de tout et de rien : « Augustin, ma bataille de Loigny, un roman historique passionnant de Jean-Louis Riguet ». Ce blog francophone possède un très haut niveau d’achalandage (PR4). Il apporte donc une visibilité importante au livre de l’auteur. Voici un extrait de l’article :

La France est ainsi faite que presque chacune de ses villes, chacun de ses villages a, dans leur histoire, une douleur, une cicatrice, un soupir qui sommeille. La guerre franco-prussienne est une de ces cicatrices mal refermées.

Dans un roman écrit à la première personne Jean Louis Riguet nous emmène sur les pentes de cette histoire de France tragique et sanglante, mais humaine. Ainsi, on suit la vie simple d’hommes et de femmes dans la campagne orléanaise dans cette fin d’année 1870.

Pour garantir la prospérité de sa dynastie moribonde dont plus personne ne veut, Napoléon III a choisi comme tous les tyrans sans imagination de déclarer la guerre à un ennemi extérieur, la Prusse. Mais alors que la France n’en peut plus d’un régime fait de bassesse, de corruption et d’affairisme, la Prusse dans son élan national, dispose de toutes les forces pour prendre ce qu’elle veut.

Lorsque Badinguet (Napoléon) déclare la guerre à la Prusse, Bismarck tient là l’opportunité et la légitimité de faire ce qu’il veut. Très vite les courtisans du petit Napoléon placés à la tête de l’armée française vont capituler, trahir, s’enfuir, laissant la France aux mains de l’ennemi. Dans un sursaut national, l’armée française saura parfois faire preuve de bravoure. Mais qui dit bravoure à la guerre dit aussi boucherie.

(…..)

Lire la suite sur le blogue de Soglos >>>>

« Augustin, ma bataille de Loigny », par Jean-Louis Riguet.
En vente chez Amazon : www.amazon.ca/dp/1770762159

%d blogueurs aiment cette page :